Translate

Nombre total de pages vues

mardi 6 avril 2010

37 - Réponse à Paloma.

La question de Paloma mérite , comme réponse, un billet. Nous voici donc dans cette interactivité que j'espérais un peu et c'est avec plaisir que je vais répondre à cette question : comment m'est venue l'idée de fondre mes nus sur des murs lézardés ?
Un concours de circonstances. Le premier tableau réalisé ainsi est "L'éveil". J'avais réalisé, comme à mon habitude une esquisse en sanguine avec cette pose tenue par Céline. Je trouvais la pose magnifique, mais je n'avais aucune idée sur l'ambiance de mon futur pastel. L'esquisse est restée de côté en attendant des jours plus inspirés.

Quand j'ai commencé ma série sur les vieilles carrosseries, j'avais comme sujet mes deux vieilles motos, les "Soeurs siamoises". Mais en réalité elles sont appuyées contre un mur en parpaings, certes, passablement délabré, mais qui n'avait rien d'esthétique. Alors je me suis inspiré d'un vieux mur d'une grange dont le crépi se détache et se lézarde.
En réalisant ce mur derrière mes siamoises l'idée m'est venue d'en faire de même pour mon nu. J'ai immédiatement mis mon nouveau concept à exécution, puis au fur et à mesure que mon sujet prenait forme et que l'ambiance s'installait, l'idée vint de faire le drapé comme s'il était sculpté dans la pierre.

Puis l'oreiller comme s'il était peint sur le mur.

Une fente qui glisse sur la chevelure de Céline, une craquelure sur le bras et puis, et puis… L'éveil est apparu.

5 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'aime lire ce blog, j'en lis plusieurs auxquels je suis abonnée. C'est étrange et c'est un des bons aspects du web cette manière de suivre la vie de gens qu'on ne connaît pas, surtout quand celle-ci est à mille lieux de la mienne. Une mannequin styliste bruxellois, une chercheuse ethnologue en Australie, un play-boy ironique londonien et un peintre pastelliste français. Je n'interviens que rarement, je me contente de lire, de suivre.
    Votre idée d'interactivité me plait bien, de communiquer avec un artiste qui vit ou tente de vivre sa vie d'artiste. Votre monde est tellement éloigné du mien… Et en peinture je n'y connais rien et je ne sais même pas ce qu'est le pastel, mais je vais me renseigner. Peut-être que la solution est sur votre site que je ne suis même pas encore allé voir. Et puis il y a Google et Wilkipédia…

    RépondreSupprimer
  2. Allons-y pour l'interactivité ! Comment choisis-tu tes modèles ? Est-ce facile à Bergerac de trouver des modèles qui acceptent de se dévêtir devant un artiste peintre ? Et que faut-il faire pour devenir un de tes modèles ?

    RépondreSupprimer
  3. Une amie m'a initiée au pastel. Elle m'a parlé de vous car elle a participé à l'un de vos stages à Feytiat. D'ailleurs elle avait l'intention d'organiser un stage avec vous dans la région de Béziers. Le projet est toujours dans les tuyaux je crois, elle vous contactera sûrement. Quant à moi, je suis admirative, quand je vois votre travail comparé aux difficultés que je rencontre, le fossé me paraît infranchissable. Croyez-vous que des cours m'y aideront malgré mon handicap ?
    Isabelle de Marseille

    RépondreSupprimer
  4. Isabelle => Je crois me souvenir de cette dame et de son projet. Elle peut toujours me contacter si elle le désire. Je connais une Isabelle qui habite Marseille, mais je ne crois pas qu'elle se soit mise au pastel. Je ne saurais trop vous conseiller de prendre des cours. Rien n'est insurmontable si en s'en donne les moyens. Des cours avec un peintre professionnel est un bon moyen pour apprendre.

    Béatrice => C'est étonnant que vous lisiez ce blog sans aller voir le site dont les liens sont en haut de cette page ? J'espère que vous avez trouvé réponses à vos questions sur le pastel. Pour apprécier la peinture, nul n'est besoin de s'y connaître. On écoute bien de la musique à longueur de journée sans pour cela être capable de lire une partition...
    Laissez vos yeux voir et vos sentiments apprécier ou détester, c'est aussi simple que cela.

    Laurence => Votre question mérite bien un billet pour réponse, patience.

    RépondreSupprimer
  5. Non, nous ne nous connaissons pas et je le regrette. Je crois que vous auriez beaucoup à m'apprendre. Je vais chercher un peintre pastelliste, dans la région, qui donne des cours et suivre vos conseils.
    Merci encore pour votre réactivité.
    Isabelle de Marseille

    RépondreSupprimer