Translate

lundi 25 octobre 2010

53 - Réponses aux commentaires

Tout d'abord je voudrais souhaiter une bienvenue à Catherine S. pastelliste et nouvelle lectrice du blog ainsi qu'à ALN, alias Anne La Nantaise, intervenante régulière sur le blog de Céline la marcheuse, aquarelliste et dessinatrice. Je salue également Philippe pour sa fidélité depuis Yerres.
Je me suis rendu compte que certains d'entre vous, élèves mais peut-être d'autres aussi, ne lisent le blog uniquement à la réception du courriel de mise à jour et ne consultent jamais les commentaires qui, évidemment, paraissent ultérieurement. Quel dommage, ils ratent un dialogue entre lecteurs et moi-même qui devient avec le temps, de plus en plus intéressant. Je vous conseille d'aller jeter un œil sur les commentaires des messages précédents en cliquant sur le mot "Commentaires" en bas à gauche de chaque message.

Passons aux réponses des commentaires : Oui Laurence, les élèves se manifestent à la lecture du blog et ils le font plus volontiers oralement ; d'une part parce qu'ils ont la possibilité de me rencontrer régulièrement, d'autre part, tous ne se sentent pas suffisamment habiles à l'écriture ou encore que le fait de transcrire leurs idées par le biais d'un clavier leur est un véritable calvaire. D'ailleurs à propos de leurs réactions, certaines ont cru à la lecture du billet 52, que je désapprouvais le fait que cette élève expose. Ce n'est pas du tout le cas, bien au contraire. Le fait d'exposer est un acte personnel, c'est aussi partir à la rencontre de l'autre, du visiteur, c'est donc la preuve qu'il y a envie de communiquer et la peinture est un moyen de communication. Exposer c'est une véritable émotion et comme le relate Olivier Wahl dans son livre, "Je suis bloqué devant ma toile" : Exposer est une chance, tout comme peindre. C'est inviter des amis, des proches à faire la fête. C'est partager sa passion de la peinture. Cette anecdote m'a juste donné l'occasion de parler aussi de cette relation que l'on peut avoir avec "le" public et que de s'exposer, c'est aussi s'exposer aux critiques. Le fait de vendre aussi d'ailleurs.
Je sais à présent comment articuler mes cours vis-à-vis de cette élève et de tenter de lui apprendre ce qui lui manque, cette approche des valeurs. Traduire de ce qu'elle a envie de représenter par des tonalités, car c'est avec ce langage graphique que l'on peut traduire l'émotion. C'est ainsi qu'elle apprendra à peindre non pas ce qu'elle voit, mais ce qu'elle ressent, car c'est grâce aux valeurs qu'elle pourra traduire un sentiment ou une atmosphère. Mon but : que sa prochaine exposition soit bien plus belle encore.

Certains ont été étonnés que je prenne en référence un magazine d'aquarelle, je vous livre ici quelques scans de cette revue afin que vous découvriez cet art et vous défaire de l'idée préconçue de la petite aquarelle insipide et délavée.

Joseph Raffael (voir le site ICI)


Guan Weixing (voir le site ICI)


Steve Hanks (voir le site ICI)


John Salminen (voir le site ICI)


Shirley Trevena (voir le site ICI)

Pour argumenter l'une des réponses de Catherine sur sa préférence d'une œuvre moins aboutie techniquement, mais qui dégage quelque chose je citerai Joseph Zbukvic, aquarelliste australien : "Beaucoup pensent que s'ils acquièrent de la technicité, ils deviendront de bons artistes. En réalité, ils sont peu à posséder cette capacité à traduire le sujet dans un langage visuel. La maîtrise de la technique seule ne sert qu'à créer des œuvres techniquement réussies mais sans âme ni vision, froides. Une œuvre doit venir de l'intérieur et indépendamment de l'aspect technique de la peinture ; cependant, ces deux éléments sont indissociables."

Pour finir, je vous signale la sortie d'un nouveau numéro Hors-série de Pratique des Arts entièrement consacré au pastel ! Et j'ai l'honneur d'y figurer une nouvelle fois. Bonne lecture.

5 commentaires:

  1. Cher Jean-Charles,
    Comme a chaque fois que je reçois ton petit mail indiquant un nouvel article, je prends le temps de parcourir ton blog, ses articles et les réactions qu'il déclenche. Mais je n'avais pas encore eu la moindre inspiration pour réagir a mon tour.

    Une petite anecdote m'est revenue en tête aujourd'hui et pose bien des questions concernant l'Art, les artistes et leur public...
    Samedi dernier, dans un coin d’un grand marché d’une capitale africaine se trouvaient deux artistes – un peintre et un sculpteur. Peu intéressée par les nombreuses toiles représentant lions, rhinos et autres ‘Big Five’, j’ai remarque une autre toile. Vibrante, touchante. Qui n’avait rien à voir avec les prospectus a l’attention des touristes. Une toile lumineuse malgré la poussière. Le peintre a semble surpris que mon regard ne se soit arrêté que sur cette œuvre. Avec un sourire résigné, il m’a explique que les clients ici sont les étrangers – ceux qui viennent pour les safaris. Ils repartent avec leurs girafes et éléphants sous le bras sans soupçonner un instant ce que cet artiste peut et aspire à peindre.
    Parlant de ces toiles qu’il vend sans entrain, il parlait de ‘my Work’ – se tournant vers cette toile qui m’avait intriguée, ses yeux brillaient en la présentant comme ‘My Work of Art’.
    Je ne l’ai pas achetée, elle a une valeur symbolique trop élevée pour cet artiste. Mais j’espère dans un avenir proche le revoir avec des toiles plus expressives et moins figuratives – moins alimentaires tout simplement…

    Chaudes et pluvieuses pensees

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Jean-Charles,

    Tout d'abord, merci pour le petit message de bienvenue!!
    C'est toujours un grand plaisir de te lire.

    J'ai eu l'occasion lors d'une journée de la peinture à Champtoceaux en Loire Atlantique de présenter mes réalisations. C'était une première!!
    Nous étions une vingtaine à exposer : dessins, aquarelles, pastels, huiles.
    J'avoue que cela a été pour moi une belle rencontre. Une rencontre avec toutes ces personnes qui s'arrêtaient devant ce que je faisais. Les échanges étaient forts sympathiques et encourageants!!
    De toute évidence, les personnes qui m'interpelaient, étaient sensibles à ce que je faisais. Les autres passaient leur chemin.

    La technique, je ne l'ai pas loin de là, mais pourtant parfois, avec certains de mes dessins je réussis à toucher quelqu'un et c'est une satisfaction, un encouragement qui me permet d'avancer, de ne pas me décourager.
    Une sorte de motivation pour progresser et donner encore plus de moi.

    Je suis bien d'accord, quand tu dis que :
    "La maîtrise de la technique et l'âme d'une œuvre sont indissociables."
    Mais chacun de nous a-t-il la même perception d'un tableau?
    Nous sommes tous différents, notre vécu, notre sensibilité n'intervient-il pas dans cette perception?

    RépondreSupprimer
  3. Je voudrai rajouter que je peux reconnaitre la technique d'une œuvre, mais, ne pas être touchée par celle-ci!!
    Et comme je le dis précédemment, je pense que nous sommes, je dirai " influencé" par notre vécu, notre tempérament, notre caractère....

    PS : j'ai hâte de découvrir le hors série de Pratique des Arts consacré au Pastel.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour Jean-Charles et bonjour à tous,
    merci de cet accueil sur ce blog qui est fort intéressant. J'y viens désormais régulièrement pour y prendre connaissance des propos des uns et des autres ...
    Encore un beau HS de Pratique des Arts sur le pastel, c'est la fête des pastellistes !!, cela fait du bien et surtout pour tous ceux qui comme moi seront peut-être d'éternels apprentis pastellistes, quel plaisir de découvrir des talents divers et variés. Quel plaisir aussi de voir que quelques uns s'interessent de plus près à ce medium si souvent relegué à l'arrière-plan. Il était temps. Je suis pour ce concerne abonnée depuis quelques années à Pastel Journal, le magazine américain dédié à notre passion commune. Je me suis d'ailleurs permise d'écrire un petit mail à Megastar qui publit le magazine Aquarelle évoqué par Jean-Charles pour les féliciter de ce beau produit en glissant au passage que les "pastellistes en sont maitenant verts de jalousie :-))" ... qui sait !!
    bonne journée à tous et au plaisir de vous lire.
    Catherine

    RépondreSupprimer
  5. Je suis très heureuse de savoir que tes élèves se manifestent oralement. J'espère même qu'ils te harcèlent de questions, quand on a la chance de côtoyer un artiste aussi ouvert que toi, il faut en profiter, non ?
    Dans tous les cas, ton blog est génial !

    RépondreSupprimer