Translate

Nombre total de pages vues

lundi 21 février 2011

67 - Le temps de l'étude

Le projet du Fauteuil (Épisode 5)
La pose enfin déterminée, va débuter mon travail en solitaire dans mon atelier. Première étape, réaliser une sanguine sur un carton abrasif Pastelcard couleur terre de sienne ou jaune de Naples.  Je vais aborder un côté un peu technique à cause de cette informatique qui envahit tout notre univers. Et bien oui, l'informatique a aussi envahi mon atelier.
Le poste de travail
Imprimante, scanner et appareil-photo, tous reliés à l'ordinateur qui trône près de mon chevalet. Bien sûr, certains le regretteront, bien que, sans cette informatique, vous ne seriez pas en train de lire ce blog. J'ai définitivement pris le parti que cette technologie moderne serait au service de mon expression artistique.
Pour cette étude préparatoire, j'imprime la photo de la pose au format 13 x 18, ça me suffit étant donné que l'ordinateur est tout près du chevalet et que la photographie est également à l'écran où je peux zoomer telle ou telle parti. La photographie imprimée me donne la vue d'ensemble. 
Réalisation de la sanguine
Pendant la réalisation de cette sanguine, je prends conscience des difficultés que je vais rencontrer pour le pastel. Je réfléchis également à l'ambiance au fur et à mesure que Cécile apparaît sur la feuille de papier. Je m'imprègne peu à peu du sujet et une image plus précise du futur tableau se fait jour dans mon esprit.
Etude pour le Fauteuil de Cécile
Une fois la sanguine réalisée, je la photographie puis, je la transfère sur l'ordinateur pour ensuite l'imprimer sur un papier couché mat et je vais me servir de cette base pour réaliser l'étude et dévoiler l'image que j'ai imaginée. En cinq minutes j'ai mon tirage prêt à être maquetté ! Ah la technologie…
Prise de vue de l'étude
Je me saisis des craies dures et des crayons pastel et je commence à esquisser mon projet. Si je n'aboutis pas ou si j'ai une autre idée, j'imprime un nouvel exemplaire de la photo et je commence un autre projet. Quand ma décision est prise, je scanne le projet ainsi réalisé et ensuite je l'envoie par courriel avec la photo de la sanguine et mes commentaires audit modèle, en l'occurrence Cécile, mais aussi aux huit autres.
Projet pour le futur tableau
De la sorte, elles ont pu suivre l'évolution de l'ensemble des projets. Même seul dans mon atelier, elles m'ont accompagné, tout le temps. Il en a été ainsi pour chacun des neuf tableaux.
Les projets pèle-mêle

4 commentaires:

  1. Finalement, je ne peux pas m'en empêcher, donc je commente. Et puis c'est un petit bout de la France qui m'arrive chaque semaine, dans mon salon et de si bons souvenirs de ces cours. A propos, tes cheveux ont poussé Jean-Charles…

    Etudes classiques, comme ont pu faire les grands maîtres. Projets en forme de maquettes, comme peuvent le faire les illustrateurs contemporains, pour, semble-t-il, aboutir à des tableaux résolument modernes. je vois là une manière de se plonger irrémédiablement dans la création : appréhension et poses avec le modèle, réflexion avec et sans elle puis étude, imagination, projet, immersion et exécution. Une somme de travail que l'on n'imagine pas quand on regarde l'œuvre terminée, encadrée. Merci mille fois Jean-Charles de nous faire comprendre ce qui peut justifier le prix d'une œuvre, hormis le fait que l'on paie aussi le talent et le savoir-faire de l'artiste et les années qu'il aura fallu pour qu'il arrive à ce stade.

    RépondreSupprimer
  2. À chaque fois qu'un épisode de ce fameux fauteuil apparaît, je ne le lis pas tout de suite. Je clique sur le cycle du fauteuil et je relis les messages précédents pour finir par celui dernièrement édité. Un régal !

    RépondreSupprimer
  3. après l'émotion du message précédent, le travail illustré ici. Ne serait-ce pas là l’essentiel de la vie d'artiste ?

    RépondreSupprimer
  4. Laurence => Je suis content que tu n'es pas renoncé à intervenir. Tu as très bien résumé mon travail et d'ailleurs le prochain message sera consacré à l'exécution des tableaux.

    Béatrice => Je suis heureux que vous utilisiez les thèmes de cette manière. Et j'espère que d'autres en font tout autant.

    Anonyme => Il est évident qu'il faut ressentir et avoir de fortes émotions pour pouvoir créer. Au niveau humain, je suis une véritable éponge et heureux de mon état.

    RépondreSupprimer