Translate

Nombre total de pages vues

lundi 7 mars 2011

69 - Le temps de la réalisation

Le projet du Fauteuil (Episode 6)
Le premier tableau mis en chantier fut le Fauteuil de Barbara. Un sujet déjà réalisé lors de la première exposition et que je voulais reprendre avec la Barbara d'aujourd'hui. Ce qui me servit d'étude fut en fait ce premier tableau. Pour cette nouvelle version, j'ai tenté de réaliser ce nu sur carton abrasif Pastel Card. 

Nu assis, pose 12
Tableau réalisé pour
la première expo à Couze
Une première car jusqu'à présent je n'ai travaillé mes nus et mes portraits que sur papier Canson à l'exception du dernier portrait, celui de Titou de Lalinde. Or pour Titou, sa peau burinée convenait bien au travail sur abrasif. Qu'en serait-il de la peau d'une jeune fille ?

Titou de Lalinde
Ainsi, je me suis lancé dans cette nouvelle aventure ayant en mémoire les paroles de Gwenneth Barth qui m'avait confié avoir essayé ce support avec satisfaction. Je me suis d'abord attaqué à tout le décor qui entourait Barbara, lourds drapés suspendus, puis le tulle vert transparent jeté sur un drap de coton jaune le tout recouvrant le fameux Fauteuil, dans une ambiance de clair-obscur. Et puis je me suis attaqué à la carnation de sa peau et comme je le craignais, j'ai buté sur cette nouvelle difficulté.

Le Fauteuil de Barbara en cours de réalisation
Quand je suis bloqué, je tourne et vire dans mon atelier. Je change l'ambiance musicale, je m'accorde des pauses pour essayer de me changer les idées. C'est alors que je me suis rappelé avoir, dans mon autoradio, le DVD du troisième tome du roman audio "Millénium". En effet, cet été, lors de mes nombreux voyages d'expos en expos, j'ai trouvé cette fabuleuse possibilité d'écouter des livres audio tout en conduisant. Une manière intelligente de ne pas perdre son temps à le passer uniquement à la conduite et de surcroît, de me donner l'impression d'un trajet bien plus court pour peu que le roman soit passionnant. C'est le cas de Millénium. Donc, je me suis souvenu que je n'avais pas terminé d'écouter ce troisième tome. Je l'ai introduit dans ma chaîne Hi-Fi et face à mon chevalet, je me suis replongé dans les aventures de Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist.

Les livres audios, nouveaux compagnons de l'artiste.
C'est presque machinalement que j'ai repris les craies et que je me suis mis au travail alors que mon esprit était en Suède, en plein intrigue politico-policière. Les couches de pastel se sont accumulées sur l'abrasif et soudain j'ai senti que Barbara prenait vie sur ce papier. Je confie généralement à mes élèves qu'il faut énormément de concentration pour peindre et qu'il est difficile de travailler pendant des heures d'affilée, contrairement à un autre travail plus traditionnel. C'est une constatation et une contradiction, je n'ai guère d'explication rationnelle. C'est presque étonnant pour moi, être capable de me plonger dans une intrigue policière tout en étant totalement investi dans mon travail. L'écoute de ce roman m'a aidé à surmonter la difficulté.

Le mode d'emploi du Pastel Card ? L'inverse du papier Canson. Au lieu de monter progressivement des pastels les plus durs aux plus tendres, il faut d'abord couvrir la surface rugueuse de pigments avec des Rembrandt et Girault et c'est ensuite que je me munis des pastels durs Faber-Castell et des crayons pastel Stabilo pour définir les détails et les subtilités de couleurs.

Le mode d'emploi étant maintenant clairement défini, j'ai entrepris de réaliser tous les tableaux sur ce support et pour rester dans l'ambiance du roman de Stieg Larsson, je me suis procuré les quatre livres audio de Camilla Läckberg. La machine était lancée, je pouvais me mettre à produire.

Mon univers

7 commentaires:

  1. Pour une fois, c'est moi qui ouvre le bal des commentaires.

    Juste pour vous signaler quelques petits changements par exemple sur mon propre site : http://jc-peyrouny-pastels.blogspot.com/
    J'ai rajouté des onglets en haut du site tel que : Expos à venir, Expos passées. En cliquant sur ces onglets, vous y trouverez les différentes manifestations auxquelles je vais participer cette année et celles faites les années précédentes.

    Pour le blog un nouvel onglet est apparu : "Histoire d'une exposition", j'y regrouperai ici les messages sur le "Fauteuil" agrémentés de quelques courriels que j'ai échangés avec mes modèles. Mais cette fois ils seront dans l'ordre chronologique, donc plus facile à lire. Je réponds ainsi à une demande que l'on m'a faite plusieurs fois. Cet onglet paraîtra après le vernissage de l'exposition.

    RépondreSupprimer
  2. Très bonne idée Jean-Charles, car je veins de faire comme Béatrice ou Isabelle, je ne sais plus, j'ai cliqué sur le thème et relu tous les messages du fauteuil avant de lire ce dernier. Mais le classement inversé des messages n'est guère pratique. L'idée de les regrouper dans le bon ordre rendra la lecture plus aisée.
    A te lire, on a l'impression d'être à côté de toi, dans ton atelier. Quel boulot tout de même ce projet mais qu'il est passionnant. Le seul hic est que je ne verrai pas l'expo.
    C'est intéressant ce passage des livres audio et étonnant effectivement. Une manière de se détacher de son travail et de ne plus en être esclave. Je ne suis pas sûr que d'y arriver, je pense qu'il faut avoir une sacrée maitrise de ses pastels.

    RépondreSupprimer
  3. Oh la la, les drapés, mais c'est inimaginable de faire ça avec des pastels! Un travail de fou!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Isabelle de Marseille8 mars 2011 à 19:03

    Mon Dieu tout ces plis, plus la transparence du tulle, c'est presque incroyable. C'est une très jolie pause, simple et gracieuse. Pourra-t-on le voir terminé, nous qui ne sommes pas de Bergerac ?

    RépondreSupprimer
  5. C'est moi Laurence qui lit les billets du fauteuil en passant par le thème. Heureuse initiative Jean-Charles de remodeler les billets dans leur sens chronologique, mais comment fais-tu ? Ce n'est pas dans le mode de fonctionnement d'un blog ?
    Etonnant effectivement cette faculté de créer tout en écoutant autre chose, mais à bien y réfléchir, je me souviens d'un peintre qui travaillait en écoutant la radio, France-Culture et qui le soir racontait ce qu'il avait entendu la journée, tout en travaillant.
    Le tableau n'est pas achevé et il est déjà magnifique. Elles ont de la chance vos modèles d'être traitées ainsi et à tous égards.

    RépondreSupprimer
  6. En ce jour consacré à la femme, ce blog prend toute sa place. Et il est tenu par un homme, chapeau bas Monsieur.

    RépondreSupprimer
  7. Ton texte d'introduction en dit déjà beaucoup dans ta page de l'histoire d'une expo. Je trouve cette idée merveilleuse, touchante voire émouvante. J'avais déjà un très bon souvenir de tes cours mais je ne connaissais pas vraiment l'homme que tu es. A travers ce blog, je pense que tu en bluffes plus d'un et plus d'une. Je te souhaite un ENORME succes pour ton exposition et surtout, ne change rien.

    RépondreSupprimer