Translate

Nombre total de pages vues

mercredi 1 juin 2011

78 - Retrouver du sens

Réflexion  4/6

J'ai transformé la question : que faire de plus qu'ils ne savent déjà si bien faire ? Par celle-ci : que puis-je peindre qu'ils n'ont pas encore peint ? Ou plutôt qu'ai-je envie de peindre réellement ? Se démarquer a été ma première démarche pour me retrouver.

J'ai été pendant près de dix ans, en plus de mes divers métiers, illustrateur en sports mécaniques. 

Je l'ai déjà évoqué ici, mon regard sur ces engins mécaniques que sont les automobiles ou les motocyclettes est un regard bien particulier. Jean-Pierre Mérat avait été impressionné par mes réalisations et en même temps, il les avait considérées comme des... " illustrations ".
Qu'est-ce qui sépare mes illustrations d'une œuvre artistique ? Le sujet ? Le traitement ? Le message ? Un peu de tout ça. 

Ces vieilles carrosseries, muettes, abandonnées au beau milieu de la nature, avaient un message similaire aux usines de Nadine Rouleaux. Pour moi, j'y ai mis de cette même émotion, l'âme de ce corps mécanique qui a tant vrombi et qui s'est tu.
Pour " La retraite d'une dépanneuse ", je me suis retrouvé dans la peau de l'illustrateur d'antan, mais au lieu de sponsors et de logos multicolores, j'ai peint avec la même attention, des bidons, des vieux pneus, une bouteille de gaz. Au lieu de plis compliqués d'une combinasion de cuir, j'ai peint la texture de la carrosserie rouillée. 

Quelle différence y a-t-il entre un pilote et sa moto de course et ma dépanneuse et son capharnaüm ? Le message peut-être ? Le traitement sûrement...

Peindre l'humain quand il n'est plus là. J'ai ainsi retrouvé du sens à mes créations.

(à suivre...)

____________
______
PS  : Pour tous ceux qui ont envisagé de participer à la journée d'exposition à Mescoules, ce samedi, j'annonce que la commune offre le repas à tous ceux qui auront accroché un tableau !

3 commentaires:

  1. Vouloir se démarquer n'est, en fait, qu'une idée générée par notre mental. Car, en nous-mêmes, nous savons bien que chacun est unique et que TOUT est UN à la fois. En étant soi-même on ne cherche plus à se démarquer et on trouve la paix de l'esprit. Qu'est-ce que la spiritualité sinon une quête vers soi ? Tu donnes de nouvelles couleurs à ta palette et ce que tu nous offres, à travers tes réflexions, est tellement vrai que ton art ne peut être que tellement toi, quoique tu fasses...

    RépondreSupprimer
  2. Voilà ce que j'attendais, une réponse de Diane ! Mon cher Jean-Charles, je crois que tu as trouvé là, une voix qui te fait admirablement écho, et complémentaire. Quel bonheur de vous lire tous les deux. Un artiste ne peut exister qu'avec une démarche intellectuelle affirmée. Ici tu nous donnes la tienne, comme tu donnes tout, en ce qui concerne tes cours. Tout semble tellement simple, évident, sans mystère, sans tabou. C'est ici qu'on reconnait le peintre, l'artiste, à la différence des autres, comme moi, qui n'avons comme seul espoir de réaliser une belle image. C'est un beau voyage que tu nous offres, merci.

    RépondreSupprimer
  3. Si Valentino Rossi parle souvent à sa moto (et cette Ducati comprend bien l'Italien) c'est parce qu'il est convaincu qu'elle l'entend. Moi j'apprécie énormément tes tableaux d'anciennes autos, motos ou camions qui ont vécu et se sont tu, mais restent dans leur coin témoins d'une vie passée, et nous offrent le plein d'émotion au travers de tes tableaux. Je suis sous le charme.Ta sensibilité se reflète dans les phares, même cassés, de ces vieilles voitures tellement attachantes

    RépondreSupprimer