Translate

Nombre total de pages vues

mercredi 12 octobre 2011

84 - La technologie au service de l'artiste.

Dans le cycle du Fauteuil, vous avez pu vous apercevoir que je multipliais les séances photos et me constituais une véritable base documentaire qui pouvait m'aider à imaginer un nouveau tableau. Ce qui déclenche ces séances de poses, c'est souvent la disponibilité du modèle. Un rendez-vous pris pour exploiter une idée sert souvent à en exploiter d'autres. Mais parfois la raison peut-être tout autre, en voici un exemple :
Vous souvenez-vous de cette photo ?


Elle a été prise à l'exposition du Club de Desssin de Couze lors des Journées du Patrimoine. Avez-vous remarquez l'extraordinaire cascade de chiffons derrière le tableau ? C'est l'œuvre d'un des responsables du Moulin de la Rouzique. On appelle ça une installation.

Cascade de drapés
Celle-ci est particulièrement réussie et en l'observant avec un de mes tableaux devant, je me suis immédiatement dit, qu'un véritable modèle posant là, devant cette avalanche de drapés pouvait donner quelque chose d'extraordinaire.
Une montagne de plis.
Après avoir obtenu l'accord des responsables du Moulin, que je remercie vivement, le rendez-vous est pris un samedi matin à huit heures, avec Amélie qui a bien voulu se prêter au jeu. Nous disposions de deux heures devant nous pour investir les lieux avant que les visites reprennent leurs droits.
Elle a réalisé plus d'une quinzaine de poses et moi plus de 200 clichés. L'occasion pour vous expliquer comment je prends des photos.


Je dispose d'un appareil-photo reflex numérique. Pourquoi numérique et non pas argentique ? L'un des avantages est que l'on peut voir immédiatement le résultat de la photo prise grâce à l'écran au dos de l'appareil. Le réflex parce qu'il me faut une définition parfaite quand je photographie des tableaux, au cas où ils devraient apparaître dans des revues par exemple. Autre avantage du reflex, c'est qu'il dispose de la fonction "bracketing". Braqué quoi ?
La fonction bracketing permet d'obtenir 3 clichés, le premier avec une exposition normale, le deuxième légèrement sous-exposé, le troisième légèrement surexposé. Cela me permet de pouvoir pallier les faiblesses d'un appareil-photo vis-à-vis de mon œil humain bien plus performant.


Ainsi j'arrive à voir les nuances dans les zones claires sur la photo sous exposée et je distingue ce qu'il se passe dans les zones sombres sur la photo surexposée. 
Mieux encore, je dispose d'un petit logiciel capable d'assembler les 3 photos pour en faire une image préservant les détails à la fois dans les ombres et les hautes lumières. On appelle ça une photo à grande gamme dynamique (HDR). Ainsi en jouant sur les différents réglages de ce logiciel, je peux transformer l'ambiance à ma guise. Dans le premier exemple ci-dessous, j'ai opté pour une ambiance douce avec une lumière plutôt froide. Dans le deuxième exemple, l'ambiance est plus dure avec une lumière chaude.



______________
PS : avez-vous remarqué les liens que je vous ai concoctés, sur la gauche du texte ?
Une petite sélection de mes artistes préférés classés par technique. Je vous souhaite une bonne visite et des heures d'émerveillement.

6 commentaires:

  1. Très bonne,cette idée d'associer nu et cascade de drapés!Et puis je me suis dit(Quel effort!),mais ou ai-je dejà rencontré cette inspiration? Mais oui,dans un livre oùétait reproduit un tableau de Lilian Freud intitulé:Standing by the Rags,peint vers 1988-1989.Pouvoir comparer le traitement d'un sujet à priori semblable par deux artistes et deux techniques bien différentes serait très interessant.Personnellement,le style de Lucian Freud me donne froid dans le dos.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Albert ! Je ne connaissais pas ce tableau de Freud. Certes, nos styles n'ont vraiment rien à voir, la démarche non plus d'ailleurs.
    Comme quoi, ça confirme ce que j'ai toujours pensé, on n'invente rien. Quoiqu'on fasse, on trouvera toujours quelqu'un, quelque part, qui l'aura fait. D'autant plus que le monde est devenu bien plus petit et nous y sommes tellement plus nombreux de jour en jour...

    RépondreSupprimer
  3. Une idée intéressante en effet. Et tant pis si Freud est déjà passé par là (perso, j'apprécie sa touche picturale un peu incisive mais j'ai beaucoup de mal avec le regard qu'il porte sur ses modèles). Peu importe de revisiter un sujet existant ou pas tant qu'on le fait avec sa propre personnalité c'est toujours une nouvelle naissance.

    Tes clichés sont magnifiques Jean-Charles ! :D

    RépondreSupprimer
  4. Oui Diane, ses clichés sont vraiment magnifiques. Je crois que même au travers d'un appareil photo, on sent le regard qu'il pose sur ses modèles.
    Je suis curieuse de voir les tableaux qui vont naître de cette séance.
    Ce que je remarque également, c'est que rien n'est laissé au hasard. Perfectionniste notre artiste.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Diane et Laurence. Je commence à bien connaître mon appareil. Mais les conditions étaient exceptionnelles et le modèle l'est aussi.

    RépondreSupprimer
  6. MERCI ENCORE ,POUR CES BEAUX CLICHES.ILS SONT SUPERBES DIGNE D'UN GRAND ARTISTE QUE TU ES!QUAND A TES DIAPORAMAS, UN VRAI REGAL, TOUJOURS AUSSI ENRICHISSANT.TU M'ETONNERAS TOUJOURS PARFAIT.
    BRAVO!!! A BIENTÔT.MARIE RAMOS;

    RépondreSupprimer