Translate

Nombre total de pages vues

jeudi 24 mars 2016

199 - Une semaine ordinaire.

Et si je vous parlais de ma semaine. En ce moment, et c’est souvent le cas l’hiver, je peins pratiquement tous les jours, sauf le jeudi et souvent le vendredi. Car le jeudi les cours me prennent toute la journée. Quant au vendredi, je le consacre à la réalisation des encadrements, quand j’ai des commandes.


Voyons, voyons :
Le lundi, peinture de 7 à 13 h, ensuite cours de 15  à 22 h.
Le mardi, peinture de 7 à 12 h, cours de 14  à 16 h et administratif de 16 à 18 h.
Le mercredi, peinture de 7 à 12 h, cours de 13 à 18 h.
Jeudi, cours de 10 à 20 h.
Vendredi soit encadrement soit peinture de 7 à 12 h et de 14 à 19 h.
Le samedi idem,
Le dimanche idem quand je n’en ai pas marre (cela arrive).


Moralité, je peins entre 36 et 46 heures par semaine. Mais dans ce temps de peinture, j’y inclus le temps des mises à jour de Facebook, le Blog, la gestion des expositions à venir (inscriptions, photos à envoyer, rendez-vous pour les accrochages et autres organisations en commun pour livrer ou récupérer les œuvres), la rédaction d’articles pour la presse, la promotion de mon activité, mais aussi celle du festival des Bastides, la gestion des sites internet. 

En moyenne, je ne passe derrière mon chevalet que 30 à 35 h. Ce qui est l’équivalent de 15 à 16 semaines pour vous les élèves qui venaient une fois par semaine, c’est-à-dire plus d’un trimestre. En trois semaines, j’ai passé autant de temps que vous en un an, à colorer mes feuilles de Pastel Card. Et quand l’année se termine, soit à peu près 20 semaines de travail, c’est l’équivalent de 300 cours de 2 heures, soit un peu plus de 7 ans à l’Académie en venant une fois par semaine. Voilà qui étaye la théorie que je défends et qui est que le talent n’existe pas.
Ah oui, au fait, je ne vous avez pas mis le lien vers la vidéo de Benjamin Cerbai, la voici :


Essayez de travailler pendant un mois ne serait-ce que la moitié de mon temps, vous allez vite vous rendre compte des progrès, n’est-ce pas Cécile ?

L’été, le rythme est différent, je cours d’expo en expo, de stage en stage, aux quatre coins de la France. Ainsi va la vie d’artiste...





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire