Translate

Nombre total de pages vues

lundi 27 novembre 2017

228 - La communication, le souci d'un peintre.



Ces derniers temps, plusieurs articles sont parus, dans la revue Pratique des Arts, sur la communication d’un artiste et comment utiliser les outils, qui se multiplient (blog, Facebook, Instagram, Pinterest) que le web met à notre disposition. Ils sont devenus des outils indispensables pour un peintre pastelliste, qui habite la Dordogne et de surcroît dans un village de 140 habitants.

Outre la participation à de multiples expositions dans toute la France, voire ailleurs, l’outil informatique se révèle être un partenaire efficace et demandant peu de moyens, ce qui n’est pas le cas de nos multiples déplacements de Salon en Festival.

Le site internet, c’est la vitrine, le magasin, le stock avec la galerie qui permet de voir l’étendue et les différents aspects de l’univers du peintre. 

L’actualité qui se résume aux participations aux manifestations de l’année, mais aussi à toutes celles qui sont antérieures, une sorte de CV. Et enfin les parutions, journalistiques et autres.


 Il y a le blog, comme celui-ci, où l’artiste se dévoile un peu plus. Où l’on découvre ce qu’il va faire, comment il va le faire, ce qu’il prépare, ses projets et quelques anecdotes (ce qui est mon cas).

Et il y a les réseaux sociaux, notamment Facebook. Pour ma part, mon premier contact avec l’étonnante et très confuse application de Mark Zuckerberg n’a pas été sans péripéties pour finir par une exclusion pure et simple en mai dernier. Bien fait pour moi, je n’avais qu’à mieux lire les conditions générales où il est écrit que toutes représentations de la nudité y sont interdites. Fermont la parenthèse.

L’atout de Facebook, c’est le partage et le fait que « l’ami » de votre « ami » peut aussi voir votre publication et la partager également. On imagine l’effet multiplicateur et la résonance d’une de votre publication si elle a du succès.

Je me suis réinscrit sur Facebook, en espérant cette fois-ci, y rester. Peine perdue, après deux mois de tranquillité et une centaine « d’amis » retrouvés, les déconnexions sont réapparues. Envoi de photo d’identité, reconnexion, puis une semaine plus tard, déconnexion. Envoi de codes, reconnexion, etc. Jusqu’à la déconnexion définitive.


Pour moi, Facebook, c’est niet, 
alors travaillons sur le blog !

Néanmoins, ceux qui sont sur Facebook
peuvent partager les billets du blog
en cliquant juste-là en dessous,
sur le petit  😉 👍

2 commentaires: