Translate

Nombre total de pages vues

lundi 15 juin 2015

188 - L'imprégnation de deux univers.

L’inspiration naît de l’émotion et de notre faculté à être réceptif aux choses, à la lumière, aux ambiances, aux êtres. En ce qui me concerne, pour mes vieilles carrosseries, c’est l’humain qui est le véritable sujet, tout comme le peintre de nature morte quand il s’agit d’une scène de vie figée.


Mais quand j’aborde la figure humaine, c’est l’empathie qui me guide. Tout a commencé avec ces modèles, qui m’ont fait et me font toujours confiance et quand j’ai pris conscience du don qu’elles me faisaient.
Peu à peu, j’ai mis mon don de l’observation au service de ma compréhension de l’autre, de mon ressenti. Si l’univers féminin me passionne, c’est aussi parce que j’ai trouvé en lui plus de richesses émotionnelles et de sources aux rêves infinis. Si je croise cette richesse chez un homme, c’est souvent que celui-ci est lui-même artiste. Mais il y a trop fréquemment une barrière, l’égo, un certain esprit de compétition, un pragmatisme qui empêche les connexions.

Quand il s’agit d’une femme artiste, les mêmes barrières peuvent exister et j’en fus victime. Mais quand l’osmose est là, sous-jacente, ressentie mais non dite et que l’on ne saurait décrire avec des mots, alors l’envie de créer devient inévitable. 



Mes rencontres avec Diane furent ainsi, brèves et riches en émotions, mais seulement ressenties, jamais dites. Il suffisait d’attendre, l’opportunité, le lien à nouer et ce fut un projet où je l’ai invité à le partager. Elle pouvait refuser. Elle accepta.

Elle devint modèle, le temps d’une après-midi et je me suis immergé dans son univers de peintre, de rêves qu’elle illustre dans sa peinture. Diane s’avéra exceptionnelle en tant que modèle. Elle m’offrit, avec une joie débordante, son expérience qu’elle a acquise en posant pour elle-même. Arnaud, son mari participa activement à cette séance prolifique. Des dizaines de sujets potentiels sont ainsi nés avec une joie partagée d’être ensemble. La journée s’achève autour d’une table de restaurant où nous échangeons, parlons de nous, de nos vies, de nos espoirs, de notre peinture et de nos passions. Petit à petit, le puzzle se met en place dans ma tête et les bases de mon  tableau de Diane m’apparaît.

Il y a eu d’abord la réalisation du projet, prétexte à la rencontre, à l’échange, à la complicité, à l’imprégnation. Je vous en ai fait part lors du billet 180 (cliquez ICI). Ce fut comme une première approche.

Enfin, je me suis senti prêt à réaliser « ma » version de la Grande Fée. Sa peinture, son univers et mes bouts de craies, ma vision de cette belle âme enfermée dans son bel écrin.





La Grande Fée - 60 x 80


3 commentaires:

  1. Superbe tableau et on retrouve bien l'esprit de Diane !!! Bravo à l'artiste et au modèle :)

    RépondreSupprimer
  2. Je serai donc la 1ère ici à vous féliciter pour ce remarquable pastel (^_^)
    J'admire la symbiose des styles et je trouve cela d'une extrême sensibilité et élégance d'esprit . Votre travail est d'une immense valeur tant d'un point de vue esthétique que de la nature de son contenu.
    Merci Jean-Charles

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jean Charles,
    Quel plaisir de retrouver tes oeuvres et ta plumes !
    Par contre je n'arrive pas à visionner la vidéo du tableau de Diane (youtube indique que la vidée est privée...)

    Plein de bizes de Lyon et profite de l'inspiration estivale dans votre petit coin de paradis :)
    marion

    RépondreSupprimer