Translate

Nombre total de pages vues

lundi 17 décembre 2012

122 - Faire un diaporama.


On m'a demandé à plusieurs reprises, oralement et sur le blog, comment est avec quoi je fais mes diaporamas. Voici l'explication :

Tout d'abord, la liste du matériel :
- un appareil-photo numérique,
- un trépied pour appareil-photo,
- un spot halogène de chantier (par exemple) de 250 watts,
- un ordinateur,
-  un logiciel de diaporama (le mien s'appelle Vidéo Créateur HD de Micro Application, mais on peut utiliser aussi Windows Movie Maker de Microsoft, les transitions seront moins fluides, citons également Magix Photo Deluxe).

Les logiciels : Mico Application, Microsoft et Magix
La contrainte, qui n'est pas des moindres, surtout pour moi qui travaille sur de grands formats, est de ne pas bouger le tableau en cours d'exécution par rapport à l'appareil-photo. Autrement dit, une fois le cadrage fait, on ne bouge plus jusqu'à la fin. Donc, je vous conseille de vous procurer un tabouret télescopique, car c'est vous qui devrez descendre ou monter par rapport à votre travail.




La feuille de papier fixée sur le chevalet, il faut installer l'appareil-photo sur son trépied, face au chevalet. Celui-ci doit être parfaitement droit et l'appareil-photo parallèle au sol tandis que la visée sera perpendiculaire à la feuille de papier. La feuille doit être plein cadre dans le viseur. Installer le spot derrière l'appareil-photo, un peu plus haut que celui-ci est dirigé vers le chevalet.



Mon appareil-photo est un reflex, je le mets en position "manuel". Pour régler la focale, je vous conseille de fixer par-dessus votre feuille vierge, un autre tableau terminé. C'est lui que vous allez photographier pour tester les différents réglages. Si vous disposez du réglage de la balance des blancs, testez différentes positions pour trouver celle qui se rapproche le plus des couleurs que vous voyez. Je vous conseille de sous exposer légèrement, vous aurez un meilleur rendu à l'écran.

Voilà, les réglages sont trouvés, vous pouvez enlever le tableau et commencer à travailler. Ne vous laissez pas emporter par celui-ci, pensez à vous arrêter souvent pour prendre une photo en allumant le spot halogène que vous aurez placé juste derrière l'appareil photo. Cet exercice vous permettra en plus d'observer l'évolution de votre travail en regardant les photos précédentes et de mieux vous rendre compte de l'impact visuel que, petit à petit, celui-ci développe. Une autre contrainte : une fois le travail commencé, il faut aller jusqu'au bout sans rien bouger. Ni le chevalet, ni la feuille de papier, ni l'appareil photo.


Une fois le tableau terminé transférez les photos sur l'ordi. Si vous manipulez déjà un logiciel de retouche photo, peaufinez comme vous voulez vos prises de vues. Ensuite chargez-les dans votre logiciel de diaporama. Je vous conseille, comme transition, un balayage lent ou progressif, ainsi vous aurez cette sensation des couleurs qui apparaissent peu à  peu. Si l'appareil photo n'a pas bougé pendant toutes les prises de vues, vous aurez des photos qui se superposeront parfaitement, donnant cette illusion du tableau qui s'anime et se met en place sous vos yeux.

Réalisation du diaporama, un régal !
Voilà, c'est un billet un peu technique, mais qui apportera une réponse à tous ceux qui m'ont posé la question. Vous comprendrez également pourquoi je ne fais pas un diaporama pour chacun de mes tableaux.

lundi 10 décembre 2012

121 - Démo : le drapé 3/3

Petit aparté :
1 - Sachez que l'Académie Pictura fermera ses portes pour ces fêtes de fin d'année, le vendredi 21 décembre prochain et jusqu'au dimanche 6 janvier. Les cours reprendront à partir du lundi 7 janvier et le jeudi 10 pour ceux de Couze et Lalinde.

2 - Le club de Couze organise un voyage à Paris (Musée d'Orsay) et Giverny (maison de Monnet + exposition internationnale de pastel) les samedi 8 et dimanche 9 juin 2013. Vous pouvez avoir tous les détails dans la page ACTUALITÉ (cliquez ICI), ou me demander les documents à l'atelier.

La carnation.

Maintenant le tableau est bien avancé. C'est avec l'apparition de la couleur de la peau que les réajustements de l'ensemble du tableau pourront se faire. 


Pour la peau, j'utilise des pastels Girault que j'ai affûté. Je pose les couleurs claires en premier, puis les foncées, tout comme le drapé. D'ailleurs, le cheminement est le même, c'est la touche qui va être différente. Ensuite je me saisis d'un crayon pastel jaune de Naples, très clair. J'ai une préférence pour les Caran d'Aches qui sont vraiment très tendres et qui se mêlent parfaitement aux pigments des Girault. 

Crayon pastel = estompe intelligente.
Je pose un voile de pigment sur l'ensemble des zones éclairées. Je fais de même avec un crayon pastel brun sur les zones d'ombre. Cette opération a pour effet d'estomper le pastel, d'unifier les ombres et lumières. Ainsi, les transitions trop dures s'adoucissent.

Visage terminé
Ensuite vient un long travail de petites touches, pour à la fois trouver les multiples teintes de la carnation et pour mettre en évidence le volume du personnage.

Je commence par le visage de Cécile, pour deux raisons : c'est l'endroit où l'on trouve le plus de couleurs sur le corps et ça va m'aider à déterminer la palette de couleurs pour le reste du corps. L'autre raison, c'est qu'une fois le visage réalisé, le personnage prend vie sur la feuille de papier. C'est l'ultime motivation qui va me faire aller le plus loin possible pour finir le tableau. 

De la sanguine à la couleur = respect des valeurs
Une fois celui-ci presque terminé, je peux entamer le buste de Cécile. Ici, le but est de rendre cette grâce propre à la jeune femme dans cette attitude si élégante rehaussée par cette robe. Le fond plutôt foncé devrait mettre en valeur la blancheur de sa peau et le satiné de celle-ci sera en contraste avec cette robe fortement plissée.

À ma grande surprise, je n'aurai pas à retoucher le fond. Le résultat me satisfait. La démo du drapé est terminée, elle s'intitule "Le rêve froissable".

Observez bien cette dernière photo en noir et blanc du tableau terminé. Regardez les valeurs, les zones sombres et les zones claires. La couleur n'est qu'un artifice supplémentaire. Le secret d'une oeuvre réussie et lumineuse réside ici, dans cette notion des valeurs et non dans le choix de la bonne couleur. On peut aisément imaginer sa robe d'une toute autre couleur. Voyez le visage, on a bien une partie de celui-ci dans l'ombre.

Étalonnage des valeurs

Petit résumé en images et en musique :


Retrouvez l'ensemble de cette démo à la page "Démo : le drapé"

jeudi 6 décembre 2012

120 - Démo : le drapé 2/3


Beaucoup ont manifesté leur impatience, voici donc la suite de cette démo et lundi prochain, vous pourrez lire le dernier volet

Mise en place du fond
Une fois le dessin terminé, je m'attaque au fond. C'est ma manière de procéder, j'exécute le fond, puis mon sujet et je termine en ajustant les deux. Dans notre cas précis, je vais faire le fond, puis le drapé de la robe, ensuite la carnation de la peau et enfin l'ajustement du fond par rapport à l'ensemble du personnage. J'ai décidé de faire un fond dans les mêmes tons que la robe et qui serait lui aussi composé d'un drapé suspendu. Je trace rapidement quelques plis et je couvre ensuite ce fond de pastel en gardant apparent ces plis à l'aide d'un mauve plus foncé et bleuté.

Je pose les clairs des plis du drapé
Pour la robe, je me sers du travail de préparation que j'ai effectué avec la sanguine. Je colore d'abord toutes les parties claires de la robe. Je vais travailler, dans un premier temps, avec deux valeurs de mauves, l'une claire et l'autre un peu plus foncé. Je ne rentre pas tout de suite dans les détails. Je garde la même philosophie que pour le fond. Le but du jeu est de retrouver le même dessin qu'à la sanguine, mais en couleur, sans plus de détail. 

Sanguine et couleur, sans plus de détail.
Ensuite, patiemment, avec des valeurs plus claires et plus foncées, je fais apparaître les détails de chaque pli tout en réajustant les valeurs du fond.

Réajuster les valeurs du fond.

Travail des détails de chaque pli

Evolution du tableau


à suivre ...

lundi 3 décembre 2012

119 - Démo : le drapé 1/3


Mars 2012, je venais de terminer le tableau avec Audrey "La perle Noire". J'avais tellement aimé travailler ce portrait en pied, que j'ai imaginé faire d'autres tableaux sur ce thème. J'ai pensé vous expliquer comment réaliser un drapé au travers de ce thème. Avec qui allais-je faire un tel sujet ? C'est alors que je me souvins que la mère de Cécile travaille dans un magasin de prêt-à-porter pour les mariages. Peut-on imaginer plus belle parure pour une femme ?

J'ai donc demandé à Cécile si c'était envisageable et quelques jours plus tard elle m'appela pour me dire que c'était effectivement possible et que l'employeur de sa mère acceptait que l'on fasse une séance de poses dans son magasin. Je la remercie donc ici, une nouvelle fois, pour son accueil. Je remercie également la mère de Cécile pour s'être prêté au jeu et avoir vêtu sa fille en faisant les retouches nécessaires à l'aide de moult aiguilles pour que la parure soit la mieux ajustée possible. Merci enfin à Cécile pour avoir endossé le rôle du modèle avec talent et patience.

Cécile entre deux poses
Huit mois plus tard, je me mets enfin au travail et je vous présente cette démo.

Je choisis une composition basée sur le tiers photographique et je décide de caler le corps sur la partie droite du format. Je réalise le dessin à l'aide d'un crayon pastel Stabilo CarbOthello N° 655, couleur sanguine. Il permet d'effacer sans trop laisser de trace, même sur l'abrasif à condition d'avoir la main légère. Ensuite j'affirme le dessin avec un crayon Comté Sanguine N° 610. J'effectue un dessin uniquement fait de segments droits, comme une sorte de schéma. Je revêts les mains de gants imaginaires quant au visage, je mets en place les grands axes, celui du visage, des yeux, du nez. Pour la robe, je place les plis principaux.

Dessin par segmentation (sans courbe)

Ensuite je pose les premières valeurs, sur le visage et je fais apparaître les premiers traits du visage, yeux, forme du nez, bouche. Je donne l'orientation de la lumière sur son buste. 

Première pose des valeurs (orientation de la lumière)

Puis je m'attaque méticuleusement aux plis innombrables de la robe. C'est une phase très importante, encore plus quand il s'agit d'un drapé.


à suivre ...