Translate

Nombre total de pages vues

mercredi 27 février 2019

235 – Le tortueux chemin de la création


Souvent, mais alors très souvent, on me demande combien de temps je passe à réaliser un tableau. La question se pose fréquemment après avoir pris connaissance du prix, car pour beaucoup, le temps passé peut être une justification. Il est difficile pour la grande majorité des gens de leur expliquer que l’art n’est pas de l’artisanat et que l’on ne calcule pas selon un taux horaire. Mais restons tout de même dans cet état d’esprit. Je m’en vais vous expliquer comment né et comment gérer la vie d’un tableau jusqu’à son éventuelle vente.

Adoptons un langage commun au monde du travail actuel. Cela se divise en trois phases : la préproduction, la réalisation et la postproduction. Et vous allez voir que tout est affaire de procédure. Oui, je sais, ce n’est pas très romantique. C’est sans doute dû à mon passé de chef de production et d’ingénieur en logistique. Mais je me suis rendu compte que beaucoup d’artistes procédaient de la sorte avec une organisation propre à chacun. Je citerai dans le genre, Sylvain Loisant ou Diane Rousseau. Et vous allez voir que tout est affaire de procédure. 
Allez, rendez-vous dans le prochain billet pour aborder la préproduction et je vous montrerai comment un « simple » logiciel pour gérer et organiser des photos, a bouleversé ma façon de travailler et comment j’allie technologie et imagination.


A bientôt ... 👋😃

N'oubliez pas de vous abonner 😉

jeudi 14 février 2019

234 – Un revirement de situation.


En ce moment, c’est compliqué de pouvoir produire. Car comme certains le savent, l’école que je tiens depuis maintenant 21 ans va fermer ses portes à la fin du mois prochain (pour plus de précisions voir le billet 230). L’école, mais pas les cours ! Et la grande différence c’est que dans mon emploi du temps professionnel, les cours occupaient 70% de mon temps contre 30 pour la création. Bientôt ce sera l’inverse et, je dois l’avouer, j’ai du mal à l'‘imaginer. Mais pour l’instant, il faut tout déménager…
À ce propos, le vide atelier est mis en place, déjà quatre tableaux ont trouvé acquéreur. Je suis ouvert le lundi de 15 h à 20 h, le mardi de 14 h à 18 h et le mercredi de 13 h à 20 h. Et vous m’y trouverez peut-être les vendredis et samedis, en plein déménagement.


Pour ceux qui ne sont pas abonnés à Facebook, vous avez un peu de retard sur mes dernières créations, alors voici ci-dessous ce que je ne vous ai pas montré.

Celui-ci a été fait en cours, au milieu des élèves. Un fusain, pour reprendre la main.

Pour ce travail à la mine de plomb, c’est mon amie Diane qui a posé. 
Travail préparatoire, car j’ai l’intention de réaliser un tableau en couleur où elle sera au centre de la scène, habillée de la même manière, accompagnée et dans un univers totalement steampunk.

Après ces deux travaux, j’ai pu enfin reprendre mes pastels 
que je n’avais pas touchés depuis plus d’un an. 
C’est ainsi que la « saga des Arlésiennes » s’est enrichie d’une scène supplémentaire.

Et puis j’ai eu envie de revenir à mes univers personnels. 
Et est née « Chinagirl ».

N’oubliez pas que bientôt, je n’enverrai plus de courriel pour vous prévenir de la parution d’un nouveau billet. Il vous faut vous abonner. La procédure est en haut, cliquez sur l’onglet « Comment s’abonner… » et tout vous est expliqué.

A bientôt.