Translate

Nombre total de pages vues

lundi 30 novembre 2009

15 - Visite de l'atelier.

PREMIER EPISODE
Le lieu de travail est important ; en tout cas il l'est pour moi. J'ai besoin de m'y sentir bien, de retrouver tout mon petit univers qui s'est enrichi tout au long de ma vie de mes diverses passions. Il ressemble étrangement à ce dont je rêvais, adolescent : des livres, des bandes dessinées, un coin pour fabriquer mes petites maquettes de voitures et motos de course, un bureau réel et virtuel avec un ordinateur. Quelques jeux vidéo, quelques DVD de films (SF & aventures) ou de documentaires (sur des peintres par exemple), et enfin ma collection de plus de 400 CD musicaux. Le tout étant situé au beau milieu de la campagne à deux pas de la forêt. Merci Martine de transformer tout ce dont je rêvais en une réalité palpable et quotidienne. Les fées existent, j'en ai rencontré une.
C'est dans ce petit univers de 25 m2 que trône royalement mon chevalet. Un seul petit défaut à ce lieu enchanteur, les ouvertures ne sont pas si grandes. Il est vrai que la bâtisse était destinée à abriter un cheval. Mais je m'en accommode, car fort heureusement, il existe aujourd'hui bien des moyens de pallier le manque de lumière naturelle. La totalité de l'éclairage est équipée en Daylight, c'est-à-dire en "lumière du jour", qui ne dénature pas les couleurs. Et puis il m'arrive de peindre relativement tard le soir, bien après le coucher du soleil.
Après cet aménagement revu et corrigé, est venu le moment de rendre le matériel opérationnel. Rangement et nettoyage des pastels, qui étaient restés dans les barquettes correspondant à divers tableaux effectués. Car je travaille sur plusieurs tableaux à la fois et pour ne pas à avoir à chercher sans cesse mes couleurs, je me constitue une palette pour chacun d'eux que je range dans ces barquettes.

Le classement de mes pastels, sur deux dessertes côte à côte, se présente ainsi : la partie crayons-pastels (Stabylo CarbOthello et Derwent Artist) et des pastels affûtés (Rembrandt et Faber-Castell) qui me servent essentiellement à l'exécution des portraits et des nus.
Puis la grande boîte des "petits bouts", divisée en deux parties, les petits bouts de pastels durs et les tendres. Ils sont rangés par gamme de couleurs et on y trouve des bouts de toutes marques. Remarquez à gauche de la photo une petite boîte de plastique surmontée d'une grille métallique, c'est une lame de rabot à bois qui me permet d'affûter mes pastels quelle que soit leur tendresse. Une astuce que je dois à Gwenneth Barth.
Et enfin, en dessous, dans un ancien présentoir de chez Thalens, mes bâtons neufs ou presque, rangés par marques. Tout est à portée de main et je ne cherche jamais bien longtemps une couleur ou un type de pastel.


J'ai également fait une petite modification à mon chevalet et je lui ai rajouté une tablette bien plus large que l'originale qui me permet d'y poser mes barquettes de bâtonnets et de crayons.

Sur cette photo, mes élèves reconnaîtront la fameuse baguette qui me sert à prendre mes mesures comparatives. C'est une simple baguette de soudure, mais une aiguille à tricoter peut faire l'affaire. Dans le petit seau blanc, à droite du chevalet, il y a une planchette de bois recouverte de papier de verre N° 80, idéal pour affûter les crayons-pastels et autres sanguines et fusains.


Voilà, tout est prêt, il n'y a plus qu'à se mettre au travail...

jeudi 19 novembre 2009

14 - Le journal de mon atelier

PROLOGUE
Je me suis promis de me remettre derrière mon chevalet avant décembre. L'échéance approche et ce matin j'ai entrepris de ré-aménager mon atelier. Changer l'orientation de mon chevalet et revoir la déambulation. Opération relativement facile puisque tous les meubles sont sur roulettes, y compris le chevalet. Il va y avoir une grosse opération de rangement et d'affûtage des pastels qui sont restés là, tels que je les ai quittés, à la signature de mon dernier tableau réalisé. Ce temps de rangement et de réorganisation va m'aider à m'approprier de nouveau les lieux. Je n'ai plus habité mon atelier depuis mi-juillet, pris par les stages et les expositions. Puis vint la rentrée de l'Académie et enfin quelques travaux à terminer dans notre maison.

J'ai décidé de vous faire partager un peu de mon univers créatif. Je pense surtout à mes amis qui sont loin et qui ne me côtoient plus aussi souvent et ne partagent plus cette passion qui m'anime toujours. A ceux qui l'été se font bercer par le chant des cigales, au pied du Ventoux. À ceux qui, l'hiver, regardent tomber la neige au coin d'un feu qui n'en n'a pas, de coin, tandis qu'au dehors grognent les sangliers ardennais. A ceux qui vont au Bouchon, comme nous on va au restau, au fin fond de la ville coincée entre Massif Central et massif Alpin. A ceux qui sont restés tout là-haut, à la capitale, à courir, courir, encore et encore. A ceux qui l'ont quittée pour fouiller la terre champenoise à la recherche du passé. Je pense aussi à mon ami Maurice, que j'appelle affectueusement mon Momo qui n'est qu'à quelques kilomètres d'ici et qui avant de me connaître passait devant les tableaux sans les voir.

Ne croyez pas qu'il soit tombé en pâmoison devant mes humbles pastels, et que la lumière ait jailli, non. Nous nous sommes rencontrés, parce que nous appartenons à la même grande famille des gens de la route. Ni routiers, ni manouches, nous faisons partie de ceux qui se saluent systématiquement quand nous nous croisons sur la bande de bitume. Cette famille qu'on appelle les "roulent toujours" et qui ont pris l'habitude d'enfourcher un moteur suspendu entre deux roues pour le piloter. Nous sommes motards !

Aujourd'hui, mon Momo ne passe plus devant un tableau sans s'arrêter, le scruter, l'imaginer, le ressentir ou pas. Curieux qu'il est le bonhomme, il a voulu en savoir plus, il est entré dans mon univers sur la pointe des pieds, sans jamais vouloir déranger. Mon Momo a largement contribué à ce que mon atelier existe tel qu'il est. On en a passé du temps ensemble, marteau et scie en main, à réajuster, poncer, peindre, clouer. C'est un juste retour des choses, aujourd'hui, par le biais de mon blog dont je le sais lecteur assidu, je lui ouvre toutes grandes les portes de mon atelier et de mon imaginaire. Accompagnez-le si vous le voulez…

lundi 16 novembre 2009

13 - La Galerie des Beaux Arts à Bergerac.

Si ça continue comme ça, on va demander à la municipalité de rebaptiser la rue Saint-Louis, et à Alain, le patron du café-tabac "Le Saint Louis" de le renommer "Le café des artistes". En effet, ce vendredi 13 novembre, une nouvelle galerie d'art à vue le jour, juste en face de l'Académie. C'est sur l'initiative de Sébastien Palate, le gérant du magasin Beaux Arts, que s'est ouvert ce nouveau lieu d'exposition. Et c'est aussi dans ce nouvel endroit qu'aura lieu la prochaine exposition des élèves de l'Académie mi-janvier 2010. Qu'on se le dise !



En attendant, c'est André COLPIN qui a l'honneur d'inaugurer cette salle. Et je vous invite à venir nombreux visiter cette exposition où l'artiste mêle talent et humour.



Vous pouvez aller visiter son site à cette adresse : ateliercolpin.monsite.orange.fr

mardi 3 novembre 2009

12 - Des projets, des projets...

Regarder naître un tableau, c'est le titre de la nouvelle page, sur le site de l'Académie et je vous remercie de votre enthousiasme. Visiblement cette initiative vous a beaucoup plu. Mais à bien y regarder, les deux petits diaporamas ne me satisfont que moyennement. Je vous promets d'agrémenter cette page de diaporamas d'une meilleure facture et dès que je me remets derrière mon chevalet, je placerai mon appareil-photo sur un pied et je prendrai les photos avec un cadrage beaucoup plus rigoureux afin d'améliorer les effets de transition et pour que vous ayez véritablement l'impression de voir "naître un tableau" sous vos yeux.

Concernant le site de l'Académie, je vais mettre en ligne, tous les mois, deux de vos tableaux chers élèves. Ils seront visibles dans la partie "Actualité". Ces tableaux seront en ligne pendant un an environ, puis seront remplacés. Comme j'ai pris un peu de retard depuis la rentrée du mois de septembre, je vais en mettre quatre d'un coup, deux pour septembre et deux pour octobre. Ont été choisis, un tableau pour l'atelier de Bergerac, un tableau de l'atelier des adolescents de Bergerac, un tableau de l'atelier de Couze et un tableau de l'atelier de Lalinde. Pour le mois de novembre la priorité sera donnée à l'atelier des enfants de l'AJMR à Lalinde.

D'autres projets prennent forme. Une journée "portes ouvertes" avec le Club de Dessin de Couze pour le mois de janvier prochain, et une journée équivalente à Bergerac. Ces journées auront pour but de faire découvrir l'Académie, du matériel sera à disposition pour que les amateurs ou futurs amateurs puissent essayer les pastels. Des élèves seront là pour travailler et montrer leur savoir faire et j'y ferai quelques démonstrations, le tout dans notre convivialité habituelle ;-)

Enfin et pour finir, une exposition des élèves de l'Académie à Bergerac et qui sait, peut-être avant la fin de l'année.

PS : Une petite amélioration à noter dans le blog. Les billets sont classés par thème. Par exemple celui-ci est classé sous le thème "Activités de l'Académie". Si vous cliquez sur un des thèmes, à droite du message, sous la rubrique "Vous trouverez dans ce blog", vous verez apparaître tous les messages édités sur ce thème, mais toujours dans le sens antéchronologique.