Translate

Nombre total de pages vues

lundi 30 janvier 2012

93 - Il faut laisser du temps au temps.

Saint Florent, été 2010. Juste avant que mon cœur ne me joue des tours, j'étais en stage avec comme modèle, une jeune femme qui posa pour la première fois de sa vie. Avant qu'elle ne se retrouve dévêtue, face aux stagiaires, nous avions fait une séance de pose, où, comme pour mes propres modèles, je l'ai dessinée tout en lui expliquant ce que pouvait être une journée de modèle vivant et l'articulation de mes cours. Une sorte de mise en confiance, ce fut aussi un instant magique, celui de la découverte de l'autre dans un moment presque inimaginable pour le modèle novice. J'ai apprécié la relation qui s'est instaurée et bien sûr, j'ai eu envie de l'immortaliser sur un tableau.
À cette époque, je ne procédais pas encore comme aujourd'hui. Je me lançais, tête baissée, dans un vague projet et je le voyais véritablement naître sur ma feuille de papier, ou bien avorter pitoyablement. 


L'idée était un nu qui se fondrait dans des nuages, vapeurs aériennes, autant dire un flou plus qu'artistique. J'ai posé mon dessin et un bleu pour les nuages et puis... Plus rien. Et pourtant, restait l'envie de la peindre.

Plus d'un an plus tard, confiné dans mon atelier, j'ai retrouvé ce pastel à peine entamé et en réfléchissant un peu, j'ai imaginé une autre mise en page et j'en ai fait un croquis préparatoire. Un jour je recommencerai ce tableau...

Esquisse du nouveau projet

Peut-être est-ce l'idée de devoir le recommencer qui m'empêcha de m'y atteler tout de suite. Il sommeilla encore de longs mois dans le fond d'un carton à dessin. Et puis un jour, aux aurores, 4 heures du matin, je me suis réveillé avec dans la tête, l'image du tableau. Un diptyque ! 
Un diptyque dans le sens vertical. J'ai pris en photo mon dessin à peine ébauché, puis je l'ai imprimé et je me suis fait une pochade, c'est-à-dire une petite esquisse en couleur. 

Impression de la photo du dessin en cours

Pour réaliser cette pochade, je l'imprime sur du papier à dessin Canson 90g. L'avantage, c'est que le papier s'imprègne bien de l'encre, et le côté papier à dessin permet d'utiliser les crayons pastels pour tester les couleurs du futur tableau. Ci-dessous voici deux exemples de pochades et de recherches.


Les pochades

Voici donc la pochade de l'image que j'ai eue de mon futur diptyque.


Le projet est maintenant bien en place, il ne reste plus qu'à le réaliser et c'est ce que je viens de faire, un an et demi après la première intention. Il faut parfois laisser du temps au temps.








Les trois étapes
L'esquisse                     la pochade                       le tableau

Le diptyque - 80 x 105 "Afrowhite"

mercredi 18 janvier 2012

93 - Les coulisses de l'Art sur RVB

RVB ou Radio Vallée Bergerac.

Voici l'émission à laquelle j'ai été invité, pour tous ceux qui l'ont raté, ceux qui n'écoutent pas la radio ou qui n'habitent pas notre région du Grand Bergeracois. Je l'ai agrémentée d'un petit diaporama illustrant les propos. Malheureusement je n'ai pu l'enregistrer par le biais de YouTube, vous ne l'aurez donc pas en qualité supérieure. Je vous souhaite tout de même une bonne écoute.



Une autre vidéo. Celle de la présentation de l'exposition que le musée de Lille consacre à Boilly, artiste atypique qui a campé la société autour de 1800. Une chronique qui est aussi une grande réussite picturale. Si vous avez envie de voyager et que vous ne savez où aller, voilà une bonne destination.


Et pour finir une bonne adresse de blog. J'ai eu la chance de rencontrer cet artiste et de passer une soirée mémorable. je vous laisse découvrir son talent à cette adresse http://yal.over-blog.com/

lundi 9 janvier 2012

92 - Still life.

Savez-vous quoi ? J'ai horreur de cette appellation : "nature morte". Elle reflète bien mal ce que l'on peut représenter sous ce nom. Nature "morte" pour immobile. Quoique, la représentation des natures mortes par nos peintres français contemporains fait souvent référence à ces bons vieux ustensiles que l'on utilisait au début du siècle dernier. Ils trouvent leur inspiration sur les étales des brocanteurs et autres vide-greniers.

" Still Life" est l'appellation anglo-saxonne de ce style de représentation, et je la préfère de beaucoup à l'expression française. On pourrait la traduire par une "Vie immobile" ou un "instant de vie". Je m'identifie complètement à cette vision des choses. Pour illustrer ce propos, je vous présente donc "My Still Life" que j'ai intitulé "Pub". Un clin d'œil à nos amis d'Outre-Manche, pour qui le pastel n'a jamais étais un art mineur.


Pub - 92 x 73 (30F - HC) Pastel sur carton abrasif
PS : Si vous êtes sensible à cet art qu'est la nature morte, je vous conseille chaudement le livre de Patrick Martin "Natures Mortes au pastel", aux éditions Ulisse. Non seulement il est un pastelliste d'exception, c'est aussi un excellent pédagogue et qui écrit fort bien.
Cliquez sur l'image pour commander le livre

mardi 3 janvier 2012

91 - Nouvelle année

Juste un billet pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2012
 à tous et à toutes 
et que notre passion commune nous aide à colorer les temps futurs. 
Qu'elle nous apporte la joie et le plaisir simple
 d'avoir réalisé un petit quelque chose pour nous. 
Qu'elle nous fasse voir le monde, qui nous entoure, 
comme un grand tableau à peindre. 
Émouvoir ou être ému, c'est vivre. 
Je vous souhaite d'être ému par vos sujets à peindre 
par des tableaux et 
d'émouvoir par vos oeuvres réalisées. 
L’expression artistique est un don de soi aux autres, 
je vous souhaite donc de donner ou de recevoir, ou les deux.




Et pour conclure ce premier billet de l'année,
mon petit cadeau au Club de Dessin de Couze :