Translate

Nombre total de pages vues

vendredi 28 octobre 2011

85 - Retour derrière le chevalet

Dans le billet N° 82, je vous ai évoqué, en ce qui me concerne, un beau projet que je ne vous révèlerai qu'une fois finalisé. Certes, mais je dois avouer que si ce projet a vu le jour, c'est, pour une bonne part, grâce à l'écriture de ce blog et donc grâce à vous mes lecteurs, qui par vos messages écrits et oraux, m'ont encouragé à continuer sa rédaction. Donc, pour l'instant, nous allons considérer que ce projet est une commande de plusieurs tableaux, qu'il faut réaliser.
Non, ne vous impatientez pas, je ne vous révélerai pas la teneur de ce dessein, mais en revanche, je vous invite à m'accompagner dans mon atelier et à participer à une partie de mon travail.  Une exclusivité en quelque sorte, qui vous est réservée. Bienvenue dans mon atelier.

C'est à la fois avec une joie immense et une certaine angoisse que je me retrouve dans mon cher lieu de travail. L'ordi est là, prêt à recueillir mes pensées. Les projets ont rempli mon carnet de croquis et mes modèles ont répondu, une nouvelle fois, à l'appel.




Car il s'agit toujours de nus, dont mon nom semble y être de plus en plus associé. Mais j'ai d'autres projets en tête, d'autres séries qui n'auront rien à voir avec le modèle vivant. Le blog a de beaux jours à venir...

Me voici de retour derrière mon chevalet, et les idées ne manquent pas. J'ai, dans mes projets, le "Fauteuil de Marion"  Pour lequel j'ai accumulé assez de documentation pour démarrer la maquette. J'ai aussi une" variation" du Fauteuil de Marion.  Encore dans la série du Fauteuil, celui d'Hortense sera une surprise et, mais (c'est un hasard) collera à l'actualité sportive que nous venons de vivre ces dernières semaines. Il y a la séance avec Amélie, passée à Couze, dans la chiffonnerie, qui a donné lieu à des poses magnifiques et autant de sujets à exploiter. Il y a Cécile, enceinte et qui posera le mois prochain. J'ai sa commande à lui réaliser et de beaux sujets à imaginer avec elle. J'ai un projet avec Barbara, une histoire de fontaine et d'eau. Mais pour l'instant c'est un tableau avec Eva que je viens d'entamer. 


Composition du tableau et croquis du premier personnage

Mise en place du deuxième personnage

Esquisse du décor

Réalisation du dessin

Premières mises en valeurs

En attendant que mon travail avance un peu, je vous fais découvrir, par le biais de vidéos trouvées sur Internet, deux nouveaux peintres, qui visiblement n'ont pas de site personnel. Je ne peux donc pas les ajouter à la liste des liens, dommage.



En revanche, j'ai rajouté un nouveau blog "Pauses courtes", de Valentin André-Terramorsi. Un ancien de mes élèves, une pointure au niveau dessin. Il a été admis dans une école de graphisme à Lyon et va y suivre avec succès, il ne peut en être autrement, quatre ans d'études. Il vit pleinement sa passion et j'en suis tellement heureux. Il a rejoint ceux qui, après avoir suivi mes cours pendant quelques années, se sont dit qu'il y avait peut-être quelque chose à faire dans la vie avec un crayon à la main. Je leur rends hommage : Marie Dacquin, Florian Ponty, Sytze Brommersma, Mathilde Charles, Audrey Martial, Julia Segui, Sophie Azaïs, Léa Vende, et d'autres encore dont j'ai oublié les noms.
__________________________________
PS : à noter que Blogger a modifié l'affichage des images. Double-cliquez sur une image, elle apparaîtra sur fond sombre et en bas, sur un bandeau, s'affichent toutes les vignettes des images du billet. Vous pouvez ainsi passer de l'une à l'autre sans être obligé(es) de revenir au blog.
Cliquez sur la petite croix, en haut à droite pour revenir au blog.

mercredi 12 octobre 2011

84 - La technologie au service de l'artiste.

Dans le cycle du Fauteuil, vous avez pu vous apercevoir que je multipliais les séances photos et me constituais une véritable base documentaire qui pouvait m'aider à imaginer un nouveau tableau. Ce qui déclenche ces séances de poses, c'est souvent la disponibilité du modèle. Un rendez-vous pris pour exploiter une idée sert souvent à en exploiter d'autres. Mais parfois la raison peut-être tout autre, en voici un exemple :
Vous souvenez-vous de cette photo ?


Elle a été prise à l'exposition du Club de Desssin de Couze lors des Journées du Patrimoine. Avez-vous remarquez l'extraordinaire cascade de chiffons derrière le tableau ? C'est l'œuvre d'un des responsables du Moulin de la Rouzique. On appelle ça une installation.

Cascade de drapés
Celle-ci est particulièrement réussie et en l'observant avec un de mes tableaux devant, je me suis immédiatement dit, qu'un véritable modèle posant là, devant cette avalanche de drapés pouvait donner quelque chose d'extraordinaire.
Une montagne de plis.
Après avoir obtenu l'accord des responsables du Moulin, que je remercie vivement, le rendez-vous est pris un samedi matin à huit heures, avec Amélie qui a bien voulu se prêter au jeu. Nous disposions de deux heures devant nous pour investir les lieux avant que les visites reprennent leurs droits.
Elle a réalisé plus d'une quinzaine de poses et moi plus de 200 clichés. L'occasion pour vous expliquer comment je prends des photos.


Je dispose d'un appareil-photo reflex numérique. Pourquoi numérique et non pas argentique ? L'un des avantages est que l'on peut voir immédiatement le résultat de la photo prise grâce à l'écran au dos de l'appareil. Le réflex parce qu'il me faut une définition parfaite quand je photographie des tableaux, au cas où ils devraient apparaître dans des revues par exemple. Autre avantage du reflex, c'est qu'il dispose de la fonction "bracketing". Braqué quoi ?
La fonction bracketing permet d'obtenir 3 clichés, le premier avec une exposition normale, le deuxième légèrement sous-exposé, le troisième légèrement surexposé. Cela me permet de pouvoir pallier les faiblesses d'un appareil-photo vis-à-vis de mon œil humain bien plus performant.


Ainsi j'arrive à voir les nuances dans les zones claires sur la photo sous exposée et je distingue ce qu'il se passe dans les zones sombres sur la photo surexposée. 
Mieux encore, je dispose d'un petit logiciel capable d'assembler les 3 photos pour en faire une image préservant les détails à la fois dans les ombres et les hautes lumières. On appelle ça une photo à grande gamme dynamique (HDR). Ainsi en jouant sur les différents réglages de ce logiciel, je peux transformer l'ambiance à ma guise. Dans le premier exemple ci-dessous, j'ai opté pour une ambiance douce avec une lumière plutôt froide. Dans le deuxième exemple, l'ambiance est plus dure avec une lumière chaude.



______________
PS : avez-vous remarqué les liens que je vous ai concoctés, sur la gauche du texte ?
Une petite sélection de mes artistes préférés classés par technique. Je vous souhaite une bonne visite et des heures d'émerveillement.

samedi 1 octobre 2011

83 - Un mois de septembre chargé.

Bien sûr, il y a eu la rentrée. Si elle a démarré tranquillement, avec une petite dizaine de participants lors de la première semaine, depuis chaque jour a vu son lot de réinscriptions et de nouveaux arrivants. Aujourd'hui, c'est plus de 70 élèves que compte la section dessin et pastel répartis sur les trois ateliers de Bergerac, Couze et Lalinde. C'est d'ailleurs dans cette dernière ville qu'ont commencé les manifestations de septembre avec une soirée découverte des ateliers de l'AJMR, le dimanche 11 septembre où j'ai réalisé une démonstration dans une ambiance chaleureuse et conviviale. À ce propos, je trouve d'ailleurs un peu dommage que les inscrits à ces ateliers, ne viennent pas plus soutenir cette association lors de cette rencontre annuelle, association qui pourtant, leur permet de bénéficier de ses ateliers à des tarifs très très accessibles.


Le Moulin de La Rouzique à Couze
Les festivités se sont poursuivies une semaine plus tard à Couze, au Moulin de La Rouzique, pour les journées du patrimoine. Les membres du Club de dessin ont exposé, comme chaque année, leurs travaux dans les dépendances troglodytiques du Moulin et comme chaque année, le public y a été sensible.










Deux jours plus tard, je fermais l'Académie pour partir à Tournus rejoindre l'équipe des pastellistes de France et y animer un stage de modèle vivant pendant une semaine.

Mon atelier modèle vivant.


Des démos signées Lionel Asselineau.

L'atelier animalier de Lionel Asselineau


L'atelier paysage animé par Nadine Roulleaux




Enfin, le mois de septembre se conclut avec deux journées "Portes ouvertes" à Bergerac qui se déroulent en ce moment même, sous un soleil plus que radieux à l'inverse de l'année dernière.

Quant au mois d'octobre ? C'est mon retour dans mon atelier de peinture. Mes pastels en frémissent d'impatience...