Translate

Nombre total de pages vues

jeudi 25 février 2016

195 - Favorisé par la nature, tiens donc.

C’est la définition du dictionnaire pour le mot « doué ». Comme si, dès la naissance, nous étions prédisposés, par je ne sais quel pouvoir divin, à une quelconque activité, que cela soit de la peinture, musique, danse jusqu’au footballeur ou commerçant. D’ailleurs tout le monde sait que la main divine a donné le don du commerce au peuple élu, n'est-ce pas ?

Balivernes que tout cela. Et que dire de ceux qui auraient reçu un don du ciel, mais que celui-ci aurait omis de prévenir l’intéressé ? C’est bêta non ?

Le prétendu don n’est que le résultat d’un intérêt précoce, d’un contexte sociologique et surtout d’un travail acharné. 

L’activité artistique est avant tout une activité intellectuelle, donc on fait travailler ses neurones et le reste, tout comme un scientifique, un chirurgien. Vous me direz, il y a de meilleurs chirurgiens que d’autres, chez les artistes aussi. Mais la différence entre le bon et le meilleur ne se situe-t-elle pas au niveau de la passion et du temps consacré à son travail ? La réussite sociale ou le « statut » d’artiste par exemple, sont autant de frein à l’excellence. Cette réflexion fait écho à la vidéo que j’ai partagé sur Facebook « Le talent n’existe pas ».


En parlant de statut, penchons-nous sur celui d’artiste. Il est loin, très loin d’être celui que vous croyez. Être un artiste professionnel est un métier comme un autre, avec toutes les contraintes que connaissent les artisans ou les professions libérales. 

Pour illustrer le propos, je vous invite à lire le blog de mon amie Diane, elle résume parfaitement notre quotidien, le sien, le mien et celui de tous ceux qui tentent de vivre de leur art. Bienvenu dans notre monde pas si enchanté que cela, c’est ICI.


Alors ? Me regardez-vous de la même manière après avoir lu le billet exemplaire de Diane ? Ah ça désacralise, c'est sûr. Et bien maintenant on va se décontracter un peu. Voici mes deux dernières vidéos. ;)