Translate

Nombre total de pages vues

vendredi 29 mars 2013

134 - Le portrait - Phase II


MISE EN VALEURS

Si les choses me paraissent être en place, alors je commence à poser une première valeur foncée. En sachant que les valeurs sombres reculent et les claires avancent, je vais avoir une première sensation de volume et ainsi contrôler la progression de mon dessin. Remarquez que je n'ai pas du tout dessiné les yeux, ni la forme du nez et encore moins les trous des narines. En procédant de cette manière vous limitez l'erreur de placer les yeux aux mauvais endroits et de les faire trop petits ou trop grands. Un autre avantage, vous prenez conscience du volume du visage. La difficulté de travailler d'après photo, c'est que celle-ci est désespérément plate. L'erreur est de reproduire cette platitude. Si vous travaillez d'après photo, je vous conseille de toujours travailler d'après vos propres clichés, ce qui induit que vous avez vu, physiquement le modèle, ce qui est un avantage incontestable. Ensuite de faire plusieurs photos en tournant autour du modèle, ainsi vous aurez des images "aide-mémoire" qui vous seront utiles pour comprendre et réaliser le volume.

Première mise en valeurs - Orientation de la lumière

Maintenant, je vais situer les éléments du portrait et je commence par les yeux. Je n'hésite pas à tracer des lignes de repères. puis je vais préciser la forme du nez (sans les trous). 

Lignes de constructions et prise de repères

Une fois que ces éléments semblent à peu près en place, je continue mon travail d'ombrage pour accentuer les volumes. Je reviens sur les yeux et les sourcils et je commence réellement à dessiner et à entrer dans les détails car j'éprouve le besoin de "sentir" son regard.

Travail sur le relief du visage.

Je peux à présent mettre en place ses cheveux ainsi que son épaule et son bras. Contrairement à ce que vous pourriez croire à ce stade, je ne vais pas commencer la couleur. Je vais peaufiner le portrait. Pour un autre sujet, je passerai à la couleur, mais pour la réalisation d'un visage qui se doit d'être ressemblant, je vais pousser beaucoup plus loin mon travail pour qu'il puisse me servir de guide lors de la mise en couleur. Car le risque est de perdre le dessin sous les multiples couches de pastel. Pour continuer mon travail, je vais prendre un crayon pastel couleur sépia.

Accentuation des valeurs avec un crayon sépia.


A suivre...

lundi 25 mars 2013

133 - Le portrait - Phase I

INTRODUCTION
Pour le portrait, plus que tout autre sujet, le dessin a son importance et est incontournable tant il peut contribuer à la ressemblance. Mais il n'y a pas que ça. Les plus grands portraitistes ont cette faculté absolument magique, de capter le caractère, l'âme de leur modèle pour le retranscrire à l'aide de quelques touches sur la toile ou le papier. N'est pas portraitiste qui veut, et même un excellent dessinateur n'aura peut-être pas cette faculté. Je ne me considère pas dans cette catégorie d'artistes qui ont ce talent. Pour moi, débuter un portrait n'est jamais gagné d'avance, loin de là.

MATERIEL POUR LE DESSIN
Un crayon pastel Stabilo CarbOthello N° 655, un crayon sanguine Comté N° 610 et un crayon sépia Comté N° 611. Une gomme mie de pain et un réglet ou une baguette voir une aiguille à tricoter pour prendre des mesures.



DESSIN

Je vais réaliser ce pastel sur une feuille de papier PastelCard de Sennelier de couleur jaune de Naples. La couleur du papier importe peu avec ce type de support, car je vais sans doute le recouvrir totalement de pastel. Cette couleur m'est dictée par le fait que je vais prendre des photos et que sur une feuille claire, l'évolution du dessin, au départ, est plus facile à photographier. Je détermine le format de mon futur pastel : hauteur 38 cm, largeur 49 cm. Bizarre comme taille me direz-vous ? Pas tant que ça, car associé à un passe-partout de 6 cm de large, le format a encadrer sera de 50 x 61 cm, ce qui est équivalent à un 12 Figures d'une toile standard. Du coup, l'éventuel client pourra trouver un cadre tout prêt dans le commerce, ce qui peut diminuer le prix de l'encadrement.


J'ai pris une photographie de Charlotte en contre-plongée, en me mettant plus bas qu'elle. Je vais adopter une composition résolument dynamique et assez peu conventionnelle. Je vais caler son portrait à droite de mon format et laisser un large espace derrière sa tête, ce qui est exactement l'inverse de ce que l'on doit faire. Cette composition résolument moderne a pour but de retenir l'attention du spectateur et d'augmenter l'originalité de l'angle de vue de ce portrait.

Une fois l'emplacement déterminé, je choisis l'échelle du portrait. J'ai tendance à faire des portraits de plus en plus petits. Avant, entre le menton et la racine des cheveux, je pouvais mettre 20 à 25 cm, aujourd'hui je préfère mettre 10 à 15 cm. Ici, la distance du menton aux cheveux est égale à 15 cm. Je déconseille fortement d'essayer de dessiner un portrait plus grand que nature, vous augmenterez la difficulté et la ressemblance sera plus difficile à gérer.



Je commence par dessiner l'ovale du visage dans lequel je situe l'axe vertical de celui-ci, puis je place les axes horizontaux pour situer les sourcils, la base du nez. Sur un visage face à nous, cette division correspond au tiers de la hauteur. Ici, le visage étant en perspective, la partie la plus proche de nous sera la plus grande, en l'occurrence la distance du menton à la base du nez est plus grande que celle de la base du nez aux sourcils, qui elle-même sera un peu plus grande que la distance des sourcils à la racine des cheveux.


Ensuite, je pose de manière schématique les éléments du visage, le triangle du nez, et la forme de la lèvre supérieure. Remarquez que je ne dessine qu'avec des segments droits, je ne trace aucune courbe. Il y a une règle à observer, plus le dessin est complexe, plus il faut l'aborder de manière simple et progressive. C'est un peu comme si j'étais un sculpteur, je ne vais pas tailler les yeux si je n'ai pas auparavant creusé les cavités orbitales. Donc, je vais tracer des lignes correspondant aux changements de plans du visage de Charlotte et ainsi faire apparaître une première illusion de volume à l'aide de facettes. Ainsi, je vais pouvoir me rendre compte de l'exactitude de mon esquisse et la corriger si besoin est, car rien n'est plus facile que de déplacer une ligne droite.

A suivre...

lundi 11 mars 2013

132 - Toujours plus.

Je suis très heureux de vous annoncer que le Club de dessin & pastel de Couze s'est doté d'un site internet afin de promouvoir le Festival de Saint-Agne. Sur ce site, vous trouverez tous les renseignements utiles pour aller visiter cette exposition, mais aussi pour y participer et même, grande première cette année, s'inscrire à un stage de pastel animé par l'invitée d'honneur, Nadine Roulleaux. 

Le site du Festival de Saint-Agne

Le règlement et les fiches d'inscription y sont téléchargeables. On vous attend nombreux, participants et visiteurs. Voici le lien : CLIQUEZ ICI. Et nous comptons sur vous pour répandre la nouvelle et divulguer cette adresse.

J'en profite pour répondre à la question de Christiane, qui ne sait faire la différence entre un blog et un site internet. Ici, on est sur le blog. C'est un site un peu particulier qui ressemble à un journal de bord. Chaque message, que l'on appelle aussi billet, est daté et tous sont rangés par ordre antéchronologique, ce qui veut dire que le blog affiche toujours le message le plus récent en premier et les autres à la suite en remontant dans le temps. Ce billet est le 132e, vous pouvez lire les 131 autres si vous le voulez (bon courage). Les billets sont également classés par thème, voir dans la colonne de gauche. 

A gauche le classement par thème
Le blog, c'est un moyen de communication avec des élèves, des stagiaires, des amis, la famille. J'y partage ma passion pour le pastel et l'art figuratif en général. Je peux répondre aux questions que vous pouvez m'y poser par le biais des commentaires (C'est ce que je suis en train de faire avec Christiane). Annoncer des évènements, des expos à aller voir, etc. Il est également un complément à mes cours avec des diaporamas didacticiels et autres renseignements.

Quant au site, que l'on peut atteindre en cliquant sur la photo noir & blanc où je suis à mon chevalet, dans la colonne de gauche toujours, c'est la vitrine de mon activité professionnelle. 

En cliquant sur la photo vous atteindrez le site et quitterez le blog

Vitrine dans laquelle on trouve aussi bien mon activité d'enseignant que celle d'artiste peintre pastelliste. C'est sur le site que vous trouverez l'ensemble de mes tableaux, mais aussi les horaires et tarifs de l'Académie, les stages que je peux animer dans l'année, les expositions auxquelles je participerai, les articles de presse, etc. etc. 

Vous voici face à la vitrine de mon activité professionnelle.

Pas de lien (sauf vers le blog), pas de possibilité de laisser un message visible par tous, là, ce n'est que du professionnel. C'est moi qui communique vers l'internaute, il n'y a pas d'échange.

Dans la galerie si vous cliquez sur une des vignettes des tableaux,

le tableau s'affiche dans son intégralité. Des flèches vous permettent d'avancer
d'image en image.

Dans l'onglet "Blog", si vous cliquez sur l'image, vous reviendrez
au blog et quitterez le site.
Là, vous venez de "surfer" sur le Web ! 

Si je devais résumer par d'une façon imagée, le site, c'est une vitrine avec des adresses courriels, postales et des n° téléphone, pour seul moyen de contact. Le blog, c'est un café où l'on peut entrer et écouter (lire en l'occurrence) ou discuter de ce qui s'est passé la veille ou de ce qui se passera demain. Les liens sont des couloirs qui permettent d'aller de la vitrine au café et vice-versa. La multiplication des liens entre les sites, blog et autres réseaux sociaux, illustre bien le qualificatif de toile (d'araignée) pour le Web.

ET N'OUBLIEZ PAS D'ALLER VOIR LA PAGE "ACTUALITE
dans la colonne de gauche du blog.
CETTE PAGE A ETE FAITE POUR VOUS
ET POUR QUE VOUS SOYEZ TENUS AU COURANT
DE L'ACTUALITE DU PETIT MONDE DU PASTEL.

lundi 4 mars 2013

131 - Le travail de cet hiver


Certaines se sont dit, après avoir compris que j'étais presque journellement dans mon atelier dès les 7 h du matin, qu'il me fallait beaucoup de temps pour réaliser les tableaux qui sont apparus sur le blog...

Mais non, pas autant de temps que ça, tout de même. La solution est : que je ne vous ai pas tout montré.

Voici ci-dessous et en vrac, un aperçu de tous les dessins et pastels de cet hiver passé enfermé dans mon atelier.